Plume & Remington

Cliquez sur l’oeuvre pour accéder aux catégories

Charles Baudelaire

Œuvre unique, 42×59,4 cm
 Graphite et fusain – PAO/DAO

Désinvolte, les mains dans les poches, Baudelaire défie l’objectif de Nadar. Il nous met en cause… Il nous jette à la figure son mépris du progrès (cette extase de gobe-mouches) et proclame simultanément son goût pour l’art aristocratique de déplaire.

Avec sa poésie hypnotique et vénéneuse, et d’une modernité absolue, le dandy crépusculaire ne cessera de tisser des liens entre laideur et beauté, bien et mal, ciel et enfer, Dieu et Satan.      

Sylvain Tesson

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

Sylvain Tesson a le visage de ses voyages et de ses errances stégophiles. Au prime abord, sa gueule cassée de baroudeur donne à penser qu’on a à faire à un Cro-Magnon égaré. Oui, mais non… A peine ouvre-t-il la bouche que l’aventurier fait tinter les mots avec une précision d’orfèvre totalement incarnée. Ses livres sont du même tabac… en mieux ! Il suffit de lire Dans les forêts de Sibérie, et ses Chemins noirs pour s’en convaincre…

Un sacré gaillard, cet écrivain, ou… l’inverse.   

« Disponible en format poster exclusivement »

Michel Houellebecq

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

« L’homme, c’est le style » (en littérature, s’entend, parce que pour le reste, comment dire…). Son écriture froide, très « clinique », tient un peu de la rubrique nécrologique ou de l’inventaire du chimiste, décrivant au scalpel tout le sinistre du monde contemporain où triomphe l’épais catalogue des relations factices et des plaisirs falsifiés. Mais peut-être suffit-il de regarder autour de soi avant de lire Les Particules élémentaires ou Extension du domaine de la lutte pour s’en convaincre. 

Un Xanax ?   

Friedrich Nietzsche

Œuvre unique, 42 x 29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

A vingt ans, sa pensée roborative me captivait, et j’ai pris un infini plaisir à lire son œuvre, notamment son Ainsi parlait Zarathoustra et Par-delà bien et mal, deux livres qui m’ont marqué de façon décisive. Aujourd’hui je serais bien en peine de me replonger dans sa « philosophie à coups de marteau »… Et puis autant le dire tout de suite : je ne parierai pas un kopeck sur l’équilibre mental de quelqu’un qui, passé la trentaine, se passionnerait pour Nietzsche.

Exemple ? Le petit excité à moustache (pas Astérix, l’autre…).

George Orwell

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

Pour avoir écrit 1984, son roman phare, George Orwell est nécessairement visionnaire, imaginatif et fin psychologue. Et sauf à être sensible comme un fer à repasser ou avoir un QI de bulot, lire 1984 produit forcément l’effet d’un électrochoc. Petite question au passage : parmi ceux qui ont lu son roman dystopique, combien constatent aujourd’hui le rétrécissement des libertés individuelles ? Ah, ça n’a pas imprimé…  

De toute façon on s’en fout, puisque la liberté, c’est l’esclavage.

« Disponible en format poster exclusivement »

Marcel Proust

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Incipit du roman Du Côté de chez Swann, premier volet de A la recherche du temps perdu. Source inépuisable de réflexion sur le tissage du temps, l’œuvre de Proust fait la part belle à l’absence, à commencer par celle de sa mère, dont la mort a suscité son désir d’écrire. Dans un style imagé, musical sinueux et prodigue, Proust est l’homme qui pense le temps. Il a bâti une œuvre qui, dévoilant les replis de l’âme, continue de fasciner les lecteurs du monde entier.

Il est aussi l’auteur de la plus longue phrase jamais écrite : 856 mots, battant le précédent record de 823 mots, détenu par Victor Hugo ( Les Misérables).

Colette

Œuvre unique, 42×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

Féministe assumée, Colette a écrit : « Une femme qui se croit intelligente réclame les mêmes droits que l’homme. Une femme intelligente y renonce ». Ça gifle… En même temps, une femme intelligente sera toujours plus habile qu’un homme (tout le monde sait ça) ; elle n’a pas besoin d’agiter les fanions de l’égalité pour arriver à ses fins… Et puis l’égalité, moi, ça m’ennuie, c’est l’os à ronger des envieux et des frustrés ; ce que je préfère, c’est l’équité.

Bref, dans un style acéré, et accordant une attention toute particulière à la justesse des mots, Colette a écrit notamment sur la vie intime jusqu’à l’irrévérence.  

« Disponible en format poster exclusivement »

Oscar Wilde

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

En dandy magnifique, Oscar Wilde a théâtralisé sa vie, tentant de l’édifier comme une œuvre, au point d’affirmer : « La vie imite l’art bien plus que l’art n’imite la vie », un credo sublimé par son chef-d’œuvre, Le Portrait de Dorian Gray. Lorsque le roman est publié, la plupart des critiques reconnaissent à Wilde « de l’intelligence, de l’art et du style », mais les pisse-froids lui reprochent de travestir la nature et la morale. Arguant de l’indépendance de l’art, l’auteur fait valoir que sur ce point l’Esthétique est supérieure à l’Ethique.   

D’Oscar Wilde cet aphorisme célèbre, profond, imparable et teinté d’humour : Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris.

Fiodor Dostoïevski

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

Dostoïevski n’a pas son pareil pour sonder les âmes, faire vibrer ses personnages et amener le lecteur aux confins de la pensée métaphysique. C’est sans conteste l’un des plus grands romanciers de tous les temps. Ses deux romans : Les Frères Karamazov et Les Possédés sont des monuments de la littérature russe, mais je préfère Crime et châtiment. Lu à dix-neuf ans, ce roman m’a marqué au fer rouge ; je ne suis pas près d’oublier son héros, Raskolnikov, qui tue sa logeuse à coups de pioche.  

Pour l’anecdote, le lieutenant Columbo est inspiré du procureur Porphire Petrovitch, celui qui perce à jour le criminel.  

Yukio Mishima

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Fusain sur papier – PAO/DAO

Mishima, c’est le destin hors normes d’un petit-fils de samouraï. Passionné de littérature française, notamment classique, il se met très tôt à écrire et poursuit sur cette voie malgré l’interdiction de son père. Il devient célèbre en publiant son œuvre autobiographique « Confessions d’un masque » ; il n’a alors que 24 ans… Pour s’échapper de son personnage fragile il pratique la musculation et les arts martiaux. A 45 ans, après une tentative de coup d’Etat manquée, Mishima se donne la mort par seppuku.   

Il écrira : L’homme n’a en fait que deux possibilités : être fort et droit, ou se donner la mort.

Edgar Allan Poe

Œuvre unique, 42×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

Edgar Poe, ce grand génie de la littérature américaine, est considéré comme l’inventeur du roman policier. Conteur extraordinaire, à la mise toujours impeccable, il a bâti une œuvre émouvante, singulière et profonde. Si je ne devais retenir qu’une seule de ses nouvelles, ce serait « La Chute de la maison Usher » ; sans doute parce que Poe, dont la vie fut émaillée d’expériences souvent tragiques, y a mis beaucoup de lui-même…

En vissant un chat noir sur la tête de Poe, j’ai voulu suggérer l’ambiance gothique de son œuvre. J’avais d’abord eu l’idée d’y mettre un corbeau, mais Hitchcock s’est rebiffé.

« Disponible en format poster exclusivement »

Louis-Ferdinand Céline

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

D’abord, Céline, c’est un style… Un style oral, argotique qui saisit le lecteur « par l’intérieur », le prend aux tripes, en jouant sur les rythmes et les sonorités. C’est sa « petite musique » comme il dit. Son génie est flagrant, je l’avoue, mais j’y suis peu sensible. Je fais cependant une exception avec son « Voyage au bout de la nuit », l’un des cris les plus insoutenables que l’homme ait jamais poussés, qui m’a harponné du début à la fin. Avec Proust (son antipode…), Céline est certainement le plus grand écrivain français du XXème siècle.   

Il dira : « Avec les mots on ne se méfie jamais assez suffisamment ». Pensait-il à Bagatelle pour un massacre ?

« Disponible en format poster exclusivement »

Paul Verlaine

Œuvre unique, 42×29,7 cm
Fusain sur papier – PAO/DAO

Inventeur de l’expression « Poète maudit », Verlaine l’incarne à la perfection… Se plaçant sous la sombre égide de Saturne (Dans le vieux parc solitaire et glacé […] / L’espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir), il cultive une tonalité légère et mélancolique, tout en clairs-obscurs. Sa poésie, révèle au-delà de l’apparente simplicité formelle, une profonde sensibilité.

Avertissement : ce portrait (Tout suffocant et blême…) n’a pas vocation à égayer les soirées « pyjama » ou à stimuler les zygomatiques. Les cotillons et chapeaux pointus, c’est rigolo, mais à Verlaine, c’est pas son truc. 

Honoré de Balzac

Œuvre unique, 42×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

Avec sa Comédie humaine, Balzac a mis sur pied une œuvre littéraire monumentale, une épopée qui met en scène près de 2500 personnages dans 90 livres ; une œuvre dont André Maurois dira : C’est un empire sur lequel l’intelligence ne se couche jamais. Sa culture encyclopédique, la musicalité de son style, son sens de l’observation et sa puissance d’analyse font de Balzac un romancier hors du commun. Certes, les digressions fourmillent et les descriptions parfois s’éternisent, mais dans un roman comme Illusions perdues, elles en valent la peine.  

Alexandre Dumas

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

Alexandre Dumas, c’est l’auteur le plus prolifique du XIXe siècle… Il a écrit environ 300 œuvres, parmi lesquelles des romans inoubliables : Les Trois mousquetaires, Vingt ans après, Le Comte de Monte-Cristo… Il sait mieux que personne tenir le lecteur en haleine : « Amuser, intéresser, voilà mes seules règles ». Si son imagination semble sans limites, c’est surtout dans l’histoire de France que Dumas a puisé son inspiration…

À un fâcheux qui s’indigne de ses libertés avec la vérité historique : « Monsieur, vous violez l’Histoire ! », Dumas rétorque : « Certes, mais je lui fais de beaux enfants ».

Arthur Rimbaud

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Fusain sur papier – PAO/DAO

Rimbaud, c’est la figure emblématique du génie précoce. C’est l’artisan d’une œuvre incandescente et révolutionnaire. C’est le poète impulsif, le fugueur invétéré, c’est l’homme du dérèglement des sens et des expériences en tous genres… C’est l’homme qui se refuse aux courbettes et aux génuflexions. C’est l’homme aux semelles de vent qui abandonne la poésie à l’âge de vingt ans et part chercher une improbable fortune en Abyssinie. Et c’est l’homme qui meurt d’une tumeur cancéreuse au genou à l’âge de 37 ans.

Dans Une Saison en enfer, Rimbaud écrira : Le malheur a été mon dieu.

 

Yasunari Kawabata

Œuvre unique, 42×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

Je ne sais rien ou pas grand-chose de cet auteur japonais, ami de Mishima et prix Nobel de littérature en 1968. Quant à la lecture de Nuée d’oiseaux blancs, elle m’a fait à peu près autant d’effet qu’une goutte de rosée sur la plume d’un canard. En fait, ce qui m’a séduit chez lui, c’est sa photo, celle dont je me suis inspiré pour réaliser son portrait. Elle me fascine : on dirait un moine zen empreint de sagesse et de dignité orientale…

Assis en tailleur, le regard vague et absent, tout en intériorité, Kawabata semble hors d’atteinte, rendant dérisoire le vacarme de l’actualité.     

Michel Audiard

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

« Les cons ça ose tout, etc. » A sa façon et avec sa gouaille, Michel Audiard semble avoir traduit cette citation de Cocteau : Le drame de notre temps, c’est que la bêtise se soit mise à penser. Depuis la nuit des temps le globe est peuplé de cons ; ils pullulent (car nous sommes tous le con d’un autre). Et avec l’accélération du « progrès », j’observe une montée en gamme du phénomène en la personne des experts, ces spécialistes de l’invérifiable… Ils envahissent notre quotidien, ils décrètent, ils pontifient, ils disent beaucoup de sottises mais ne sont jamais traversés par le doute.

Dialoguiste de génie, Michel Audiard a inscrit quantité de films populaires au Panthéon du cinéma français. Chapeau l’artiste ! 

François-René
de Chateaubriand

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Fusain sur papier – PAO/DAO

Puissant vaisseau tout en granit, d’une beauté froide et inquiétante, le château de Combourg est consubstantiel à l’œuvre de Chateaubriand. Chaque soir, le père forçait son jeune fils à emprunter seul le chemin de ronde, réputé hanté, et à dormir au dernier étage de la tour du Chat. Une tour qui doit son nom à un chat emmuré vivant dans une pièce du château. Autrefois, cette pratique avait dit-on la vertu d’éloigner le démon d’une habitation…

Peut-être est-ce à l’aune de ce cadre sinistre et de son éducation à la dure que Chateaubriand eut l’imagination féconde et devint une figure de proue du romantisme.

Cyrano de Bergerac Edmond Rostand

Œuvre unique, 21×29,7 cm
Graphite sur papier – PAO/DAO

Attaché aux qualités héroïques que sont la loyauté, le courage et l’honneur, Cyrano de Bergerac est un bon camarade, noble de cœur, qui aime rire, boire, manger, et n’hésite pas à voler au secours de ses amis. Et c’est au travers de son amour pour Roxane, qu’il brave tous les dangers et révèle le meilleur de lui-même. De nos jours, l’héroïsme serait plutôt en voie de disparition, au profit de qualités moins glorieuses mais assurément plus reposantes et lucratives. Quant à la suite de la tirade vous la connaissez :

Mon cher si tu savais comme l’on marche mieux sous la pistolétade excitante des yeux ! Comme, sur les pourpoints, font d’amusantes taches le fiel des envieux et la bave des lâches !